Pleurs et colères de l’enfant, comment faire face ?

03/10/17

Les assistantes et assistants maternels sont particulièrement exposés aux pleurs intenses du bébé et aux colères de l’enfant plus grand. Quelques conseils utiles pour vous aider à faire face.

Les colères et pleurs de l'enfant, difficiles à calmer, peuvent durer et engendrer chez l'assistante ou l'assistant maternel de l’épuisement, voir de la colère. Il est donc essentiel de savoir maîtriser ses émotions pour prévenir toute parole ou attitude inadaptée envers l’enfant.

Comment apaiser un bébé qui pleure ?

Plusieurs astuces pour apaiser un bébé :

  • Lui proposer un peu d’eau ou de lait
  • Vérifier s’il n’a pas chaud ou froid
  • Changer sa couche
  • L’emmener dans un endroit calme, le promener.
  • Le bercer doucement
  • Lui masser le ventre ou le dos.

Les pleurs sont insupportables que faire ?

  • Coucher bébé sur le dos, lui parler doucement et quitter la pièce pour le laisser au calme.
  • Faire une pause, respirer profondément et téléphoner à un proche pour recevoir un soutien rapide et retrouver votre calme.
En aucun cas il ne faut jeter l’enfant sur son lit, ni ne le secouer. Secouer un bébé peut tuer ou handicaper à vie.

Comment prévenir les situations à risque ?

La période d'adaptation : une étape à ne pas négliger

Les pleurs d’un bébé sont renforcés en période de séparation. Malgré l'expérience de l'assistante ou de l'assistant maternel et la réussite des accueils précédents, le comportement d’un enfant peut soudainement le mettre en difficulté.

L’adaptation est donc fondamentale pour :

  • accompagner sereinement les parents et l’enfant à la séparation
  • favoriser la rencontre et la mise en confiance entre l’assistant maternel et l’enfant et l’assistant maternel et les parents.

En savoir + sur la période d'adaptation

Repérer les périodes à risque

Des problèmes personnels ou de santé associés aux pleurs inconsolables du jeune enfant, peuvent rendre l'assistante ou l'assistant maternel moins patient et plus sensible. Il est nécessaire d'être attentif à ces moments difficiles et d'envisager de réduire votre activité ou de demander une aide à votre médecin.

Dialoguer et trouver des soutiens

Dans tous les cas, il est très important de pouvoir échanger avec les membres de votre réseau professionnel :

  • Les parents

Il convient d'échanger ensemble sur les moyens d’apaisement qu’ils ont pu trouver pour calmer leur enfant.

Si malgré tous les efforts consentis, il n’y a pas d’amélioration, il convient d'étudier la possibilité d’interrompre l’accueil.

  • L’unité agrément

Elle vous aide à comprendre les réactions de l’enfant et à trouver un positionnement professionnel adapté.

  • Le relais assistant-es maternel-les (RAM)

Il vous aide à chercher des solutions.

  •  D’autres assistant-es maternel-les

N'hésitez pas à partager vos interrogations et expériences avec des assistantes ou assistants maternels de votre entourage ou réunis en association.

  • Le service gratuit d’écoute et de soutien psychologique de l’Ircem PSYA est également à votre disposition / Tél. 0 800 73 77 97